Cours 1

SUR L’ ÂME HUMAINE

AVEC ARISTOTE ET THOMAS D’AQUIN

En 387 av. J.C. Platon, âgé de 40 ans, fonde l'Académie. vingt ans plus tard, en 367, il y accueille le jeune Aristote, âgé de 17 ans. Celui-ci restera à l'Académie pendant 20 ans, tour à tour élève, puis assistant ou maître de conférences, jusqu'à la mort de Platon en 347. Il est alors l'auteur de dialogues rédigés à la manière platonicienne et d'une grande beauté littéraire. Dans ces textes il reprend les idées de son maître, spécialement à propos de l'immortalité de l'âme pour laquelle la séparation d'avec le corps est une véritable libération. 
A la mort de Platon Aristote quitte l'Académie et Athènes pour se rendre à Assos, en Troade, chez son ami Hermias, un ancien condisciple, devenu tyran d'Atarnée, auprès duquel il demeure trois ans. Il y consacre une grande partie de son temps à l'observation et à l'étude des animaux, ce qui le conduira à insister sur l'unité du vivant au point de considérer l'âme comme la forme du corps. La vie végétative et la vie sensitive ne présentent pas de difficulté majeure, mais la vie intellective réclame un principe qui n'a rien de corporel et qui survit après la mort. D'où une difficulté persistente dans le Traité De l'âme: comment concevoir l'unité d'une âme forme du corps et d'une âme intellective dont la séparabilité n'assure nullement de la réalité d'une survivance individuelle? 
Cette problématique sera reprise au XIIIème siècle par Thomas d'Aquin, spécialement dans la Somme Théologique (1ère partie, questions 75 à 83). Il y réutilise les concepts d'Aristote, qu'il appelle "le Philosophe", sans négliger l'apport du platonisme et du néo-platonisme, pour souligner l'unité de l'homme en montrant que l'âme humaine est une  substance incorporelle, substance qui est en même temps la forme du corps. 

Liste des cours :